La Santé et la qualité de vie au travail, un enjeu RSE majeur, une démarche innovante :

« Le non-respect des règles et du règlement, l’impolitesse, le manque de courtoisie puis le passage aux insultes, aux agressions verbales et physiques touchent tous les secteurs d’activités et les métiers exposés à une relation-client directe ou indirecte. Mais pas seulement, car ce que l’on nomme « incivilités », touche aussi les organisations en interne, quelle que soit leur taille, entre collègues et hiérarchie.

Au niveau national, la SNCF, la RATP et la Poste sont pionniers dans la lutte contre les incivilités et montrent que l’enjeu est important. En effet, il interroge directement les pratiques managériales des entreprises, les relations de travail, les risques psychosociaux, c’est-à-dire la santé et la qualité de vie au travail,. Les incivilités impactent sur la productivité et la motivation des collaboratrices et collaborateurs. Autrement dit, agir sur la diminution des contextes et des facteurs d’incivilités, augmente le bien être au travail.

En Aquitaine, la prise en compte de cet enjeu se concrétise par une action innovante, lancée le 11 avril 2013 : le rassemblement d’entreprises aux secteurs d’activités variés, d’associations, d’institutions autour de la prévention des incivilités à travers la création du «Club Aquitain de prévention des incivilités».

Sous l’égide d’IMS Aquitaine, réseau d’entreprises RSE, la délégation régionale du Groupe la Poste en Aquitaine, SNCF Aquitaine Poitou Charentes, BNP Paribas Personal Finance CRC Sud Ouest, Keolis Bordeaux, ERDF, Veolia Propreté Aquitaine, AFCAM 33, AFNOR Aquitaine sont passées de l’idée à l’action. Une Charte, l’engagement autour de trois axes ( la communication, la mise en place d’un plan d’actions, l’organisation d’événements et de manifestations communes), la réalisation d’une identité visuelle ( charte graphique et logo). Un gage de réussite ? Le premier anniversaire fêté le 16 juin avec l’arrivée de nouveaux signataires qui s’associent à la démarche locale : CITRAM Gironde, CAF Gironde, Crédit Mutuel Sud Ouest, Caisse d’Epargne Nord Aquitaine, Pôle Emploi et l’échange de bonnes pratiques avec la Délégation de la Ville de Québec.

De bonnes pratiques lorsque l’on s’engage dans la RSE : s’ouvrir, s’associer et partager. Une belle aventure à suivre ».

Mixité en entreprise Une bonne pratique : favoriser l’intégration de femmes à des postes traditionnellement masculins (Conducteur de bus et tram)

Depuis de nombreuses années, KEOLIS BORDEAUX recrute en contrat de professionnalisation, en CDI, des salariés qu’elle forme, en partenariat avec l’AFPA au titre professionnel de conducteur routier inter-urbain de voyageurs puis habilite ces salariés à la conduite tram par formation interne. Ce mode de recrutement a fait ses preuves en matière de féminisation du métier de conducteur. En effet, cette formation complète, qui débouche sur un emploi stable, valorise non seulement une dimension technique (permis D, associé à des stéréotypes masculins) mais aussi celle d’attention à l’autre et de service qui incite d’avantage de femmes à s’y engager. L’objectif est de développer la mixité dans les emplois dans lesquels la répartition entre femmes et hommes est la plus déséquilibrée. Les femmes représentant 16% de l’effectif total de l’entreprise en 2012 mais seulement 13% des conducteurs qui est le métier majoritaire en nombre dans l’entreprise. Grâce à cette action, la mixité a réellement évolué au cours des dernières années : l’effectif féminin est passé de 13.5% en 2009 à 16% en 2012 sur l’ensemble de l’entreprise et de 10.9% parmi les conducteurs en 2009 à 13% en 2012.

Sur 2011 et 2012, alors que 16% des embauches directes de conducteurs concernaient des femmes, 50% des embauches de conducteurs en contrat de professionnalisation concernaient des femmes. D’après les témoignages que nous livrent les intéressés, on peut noter que : recrutés par promotion de 12, ces groupes de salariés conservent, après la fin de la formation, une proximité qui favorise le soutien et les échanges entre collègues.

Sources :

IMS Aquitaine - MME Tengui Henrio